Clos de Mounissens - Vin biologique - Biodynamie - Saint Pierre d'Aurillac
Clos de Mounissens - Vin biologique - Biodynamie - Saint Pierre d'Aurillac

Millésime 2003: Hors norme!

Climat

L'hiver est assez sec, ce qui me permet d'utiliser le tracteur sur nos sols argilo-calcaires.

Le Printemps présente très tôt une chaleur et un manque d'eau caractérisés. Cependant, la présence de Mars ( liée à l'eau ) au plus près de la Terre cette année maintient une influence marquée qui m'oblige à une grande vigilence vis à vis des cryptogames*.

2003 reste bien sûr marqué par la canicule qui s'installe à partir du mois de juin. Entre le 01/06/2003 et le 30/08/2003, supportant une température moyenne de 30°c, les vignes ne reçoivent en cadeau du ciel que 6mm d'eau en deux averses. Par deux fois encore, 2 mm supplémentaires calment un peu ce feu début septembre. Les premiers coups de sécateur sont donnés sous 31°c à l'ombre, l'après-midi.

Préparation des sols et des vignes:

Première étape : nettoyer la cuve ayant contenu les produits chimiques jadis utilisés par mon père. Je remplis l'atomiseur* de purin d'orties et d'huiles essentielles afin de la purifier.

Je fais le grand saut dans la Bio-Dynamie le 20/12/2002.

A la seule force de mes bras, je pulvérise mon premier Maria Thun* à la pompe à dos, souvenir encore vivace!

Ma première tisane date du 13/04/2003, en même temps que les premières applications de cuivre à très faible dose (50g Cu métal/2ha). Je renouvelle l'opération tous les 15 jours, selon la pluie. Les résultats sont là: les premières feuilles en formation apparaissent. Je réussis à contenir les quelques foyers de mildiou et me réjouis de l'absence d'oïdium et de black rot*.

J'augmente la fréquence des tisanes à base de fleurs à une par semaine à cause de la canicule: en effet, les jeunes vignes sur le coteau et même les vieilles vignes de blanc semblent souffrir.

J'espère ainsi relancer la circulation de la sève dans la plante et même si les feuilles du bas tombent, celles du haut restent sur pied, permettant ainsi au fruit de mûrir.

Ma dernière tisane date du 11/09/2003 pour assécher les quelques grappes de blanc atteintes de pourriture acide (plus exactement de pourriture aigre car le raisin se transforme en vinaigre sur pied) et pour laisser le botrytis* agir...

Vendanges et Vie du vin

Les merlots ouvrent le bal le 15/09/2003 alors que mes voisins ont tous fini! De prime abord, je constate beaucoup de matière même si les grappes donnent peu de jus. Seule l'acidité paraît faible au regard des degrés probables (14,5°). Ma gourmandise me fait même ramasser le botrytis sur grappe!

J'opère mon premier tri sur la parcelle de sémillon du bas: il en ressort un jus à 18,50° potentiels après le pressurage...De bonne augure!

Les cabernets franc entrent dans la danse le 26/09/2003 suivis des cabernets sauvignon les 29/09 et 30/09. Les degrés atteignent là aussi des sommets mais l'acidité est plus présente et 10% des pieds sont recouverts de botrytis, que nous vendangeons également.

Le 03/10 voit mon dernier coup de sécateur sur la parcelle de sémillon du haut, révélant un jus à 22° potentiels: peu de tri effectué sur les rouges et 15% de pourriture acide sur les blancs.

Les collègues me prédisent alors un gros risque d'acidité volatile*, risque renforcé par le refus du sulfitage* et l'absence de cuve thermorégulée*. N'écoutant que mon instinct, je poursuis sur ma lancée, esperant ne pas produire du vinaigre la première année.

Les cabernets débutent leur fermentation, le merlot achève la sienne, sans aucun souci. Pendant que le sémillon pétille dans les barriques, les remontages (ou pigeages*), courts mais fréquents laissent présager un fruit éclatant et une couleur sombre.

Les macérations sont relativement courtes (17-18 jours) afin de ne pas créer des "monstres" de puissance, écrasant au passage la finesse du vin.

Les 11/10 et 18/10, j'écoule le merlot et le cabernet pour les entonner* en vieilles barriques. Je prends la décision de ne pas ouiller* ni de soutirer* et je laisse le vin sur ses premières lies (goutte+presse).

Je soutire les blancs les 25 et 26/11 avec un peu de soufre minéral brûlé dans la barrique. L'opération est réitérée les 11 et 12 décembre puis le 07/02/2004 afin de "préparer" les échantillons pour le label Bordeaux St Macaire, que j'obtiens le 19/02/2004.

Le 15/05/2004, je n'assemble qu'une partie de chaque lot du blanc et je conserve une barrique de chaque tri pour une mise ultérieure, afin de suivre la maturation de ces 2 vins, totalements différents. L'embouteillage de l'assemblage se déroule le 02/07/2004. Les rouges, quant à eux, sont remontés en cuve le 04/06/2004, excepté une barrique de pur cabernet. Mise en bouteille de ce lot le 30/07/2004, suivi de 2 barriques de blanc et de celle de cabernet.

Epilogue

Je peux enfin respirer! Tout le vin repose en bouteilles et il ne ressemble en rien à du vinaigre!

Le millésime 2003 s'annonce d'ores et déjà difficilement compréhensible de part les conditions extrêmes de chaleur et de sécheresse.

Je n'ai pas encore de recul sur mon travail ni sur la qualité de mes vignes. Je perçois juste des vins hors normes. Mon rouge sera refusé deux fois au label Bordeaux : assurément un vin trop atypique au regard de ce que l'on connait d'un Bordeaux!

Enfin, une année riche en enseignements et en rencontres!

Millésime suivant >>

David POUTAYS - CLOS DE MOUNISSENS - Vin Biologique, biodynamie - 33490 SAINT PIERRE D'AURILLAC (Gironde) - +33 (0)5 47 82 08 22

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Consommez avec modération - Réal. S.NARBEBURU ©2003-2019 - Mentions Légales - HTML5 CSS